Loading 0
4C constructions

Matériaux

Scroll Down
Shou-Sugi-Ban

Bois brûlé selon la méthode Shou-Sugi-Ban.*¹

 

« De nos jours, bien des bâtiments préfèrent de plus en plus s’habiller d’une robe boisée, de préférence claire, peinte ou vernie. Cependant, 4C CONSTRUCTIONS souhaite partager avec vous ses connaissances concernant la technique Shou-Sugi-Ban ou Yakisugi, technique ancestrale japonaise. »

 

Issue du savoir-faire des artisans japonais du XVIIIe siècle, la technique Shou-Sugi-Ban tend à revenir sur le devant de la scène depuis quelques années au Japon, mais s’exporte aussi bien dans les pays occidentaux, comme par exemple au Canada où l’on parle de torréfaction du bois, que dans les pays scandinaves, toujours à la pointe des avancées architecturales.

 

Pourquoi brûler le bois ?

 

Vous allez être surpris, mais le but premier de cette technique était d’agir comme un retardateur face à la propagation des incendies, car au XVIIIe siècle au Japon, les villes et les villages étaient en proie au feu à cause de l’omniprésence du bois dans les constructions et d’une trame urbaine très dense : un terrain de jeu idéal pour la propagation d’incendies.

De nos jours, cette technique s’utilise davantage pour ses propriétés bénéfiques sur l’environnement, sa facilité d’entretien et sa durabilité dans le temps que pour ses capacités à retarder la propagation du feu. De plus, beaucoup s’accordent à lui donner une longévité élevée allant jusqu’à 80 ans.

En effet, il faut savoir que ce traitement par le feu permet de protéger le bois contre les insectes et les champignons qui n’apprécient pas la couche de carbone recouvrant le bois, ne pouvant y trouver les nutriments bénéfiques à leur prolifération. Cette couche « carbonisée » agit aussi parfaitement contre l’humidité et les intempéries, et ce, sans traitements supplémentaires ni entretien.

Pour finir, il s’agit d’un choix esthétique intéressant et très contemporain aux multiples aspects, finitions, méthodes et lieux de mise en œuvre comme vous pouvez le voir sur la photographie ci-dessous. Ainsi, une technique ancestrale perdure et se renouvelle afin de donner naissance à de nouvelles architectures.

 

Bâtiment de la Royal Society of New Zealand à Wellington par le cabinet d’architecture Studio Pacific Architecture.*²

 


*¹ Références : photographie publiée par Hobfab (date inconnue) apparaissant dans l’article “Bois brûlé, la technique du Shou Sugi Ban”  du site hopfab.com consulté le 05/04/2022. Lien : Bois brûlé, la technique du Shou Sugi Ban | Hopfab
*² Références :  « Coin sud-ouest » photographie de Patrick Reynolds© (date inconnue) apparaissant dans l’article Royal Society of New Zealand sur le site architecturnow.com consulté le 05/04/2022. Lien : Royal Society of New Zealand | Architecture Now
Lien vers STUDIO PACIFIC ARCHITECTURE : https://www.studiopacific.co.nz/
01.